Les rejets de CO2 par les activités humaines sont en grande partie responsables du changement climatique en cours mais également de l’acidification des eaux.

CocoriCO² est un projet interdisciplinaire dont les objectifs consistent à observer, analyser, anticiper et remédier aux effets du réchauffement et de l’acidification de l’eau sur la conchyliculture en tenant compte de la physiologie et de la santé des espèces, de la qualité de l'environnement et des répercussions sur l'économie.

Le projet va engager plusieurs études pour permettre de relever la variabilité naturelle du pH (acidité) de l’eau à haute fréquence sur une dizaine de bassins de production représentatifs de la filière conchylicole (baies et rias, nurseries, claires ostréicoles et lagunes), en relation avec d’autres paramètres de la chimie des carbonates et l’environnement.

Seront ensuite analysés les impacts de l'acidification et du réchauffement sur les espèces de bivalves les plus cultivées en France pendant un cycle de vie complet, en situation d’élevage chez des professionnels.

Le projet vise aussi à fournir des outils permettant d’anticiper les effets de l’acidification et du réchauffement sur les productions conchylicoles en intégrant leurs capacités d’adaptation. Plus globalement, le projet ambitionne donc de pouvoir livrer des informations mesurées sur la vulnérabilité des écosystèmes, des espèces et des entreprises face au changement climatique et à l’acidification et leurs effets sur la bioéconomie.

 

 

Le projet CocoriCO2 est également labellisé par le Pôle Mer Méditerranée

Partenaires
Entreprise
  • - Comité Régional Conchylicole de Bretagne Nord, Morlaix
Centres de recherche
  • - Ifremer, Plouzané  [Porteur de projet]
  • - CNRS DR20, Villefranche
Autres partenaires
  • - Comité national de la conchyliculture
  • - Comité Régional Conchylicole de Méditerranée, Mèze
Financeur
Fonds Européen pour les Affaires Maritimes et la Pêche (FEAMP)
Labellisation
28/06/2019
Budget global
1 258 K€
Fiche PDF