Le projet OrcaDepred consiste à mesurer les conséquences écologiques et socio-économiques de la déprédation exercée par les cétacés sur les pêcheries à la palangre.

Le projet s’attache à mettre en œuvre des lignes expérimentales équipées d’accéléromètres et de systèmes d’enregistrements acoustiques le phénomène de déprédation. Par ailleurs afin de pouvoir proposer des solutions adaptées il est nécessaire d’avoir une meilleure compréhension de l’écologie des espèces de cétacés impliquées, et de proposer aux armements de pêche des solutions technologiques à la déprédation.

OrcaDepred poursuit les travaux entrepris dans le cadre du programme ORCASAV qui visait à tester l’utilisation de nasses expérimentales pour lutter contre la déprédation et supprimer la mortalité aviaire. Toutefois, bien que permettant la capture de légines les rendements étaient insuffisants pour atteindre les seuils de rentabilité économiques. Par ailleurs l’utilisation de casiers entrainait de nouvelles problématiques à bord des navires (sécurité pour les équipages, bateaux non adaptés...) et des pêcheries (prises moins importantes, prises accessoires très conséquentes de crustacés (lithodes).

Le projet porte sur les pêcheries palangrières opérées depuis la Réunion s’intéresse à savoir d’une part aux palangres pélagiques ciblant le thon et d’autre part aux palangres démersales ciblant la légine australe autour des iles Crozet et Kerguelen. Ces pêcheries sont très fortement affectées avec une perte estimée à 65 M€ sur la période 2003 à 2013.

Les résultats du projet Orcadreped sont très importants dans la compréhension des comportements des cétacés et ont pour objectif de guider les armements de pêche dans leur choix opérationnels (stratégie et comportement de pêche…) et technologiques (niveau sonore des navires, et protection physique des poissons sur les lignes) afin de réduire la déprédation.

Le projet ORCA DEPRED est également labellisé par le Pôle Qualitropic.

Partenaires
Centres de recherche
  • - CNRS-Université de la Rochelle Centre d’études biologiques de Chizé (CEBC), Chizé  [Porteur de projet]
  • - ENSTA Bretagne, Lab-Sticc, Brest
  • - Georgiatech Lorraine Data Driven Robotics for Environment Assessment and Monitoring (DREAM), Metz
  • - Hydro Réunion Le Port, Ile de la Réunion
  • - Ifremer, Sciences et Technologies Halieutiques, Plouzané
  • - INRA, unité BIOSP (Biostatistique et Processus Spatiaux), Avignon
  • - IRD, Marbec, Sète
  • - MNHN, Biologie des Organismes et Ecosystèmes aquatiques (BOREA), Paris
  • - UBO-AMURE, Laboratoire Aménagement des Usages, des Ressources et des Espaces marins et littoraux, Brest
Financeur
Agence Nationale de la Recherche
Labellisation
13/10/2017
Budget global
500 k€
Fiche PDF